La chronique de Max sur Télé Souvenirs
Télé Souvenirs >  La chronique de Max > Volume 1 - numéro 6
Accueil       Séries       Émissions       Stars       Cinéma       Coin des annonces         Personnages       Mémoire sonore       Liste d'envoi
 volume 1 numéro 6

édition précédente 

DVD       Horaire TV       Choniques de Max       Quoi de neuf?       Partenaires       Shopping       Plan du site       Favoris       Pour nous joindre

Cerveau imaginatif recherché pour industrie agonisante

Longueuil, Québec, Canada - 23 juin 2003
Par Max

L’incroyable Hulk, l’irascible scientifique que les frustrations et la colère transforment en monstre vert, revient crever nos écrans. Il attirera sans doute les fans de la bande dessinée et les accrocs de la série télévisée. Une histoire ancienne servie avec une extravagance d’effets spéciaux, la spécialité de Ang Lee.

La résurrection  fait école à Hollywood. Après une première tentative fructueuse,  les Anges de Charlie (Charlie’s Angel) cuvée 2003 renaissent sur les écrans pour une deuxième fois dans Charlie’s Angels : Full Throttle, traduit toujours aussi platement par Charlie et ses drôles de dames se déchaînent. Aux nouveaux anges de Charlie, Lucy Liu, Cameron Diaz et Drew Barrymore, vient se greffer un visage connu et payant au box office, la toujours aussi belle et sulfureuse Demi Moore. Bien pensé de la part des producteurs de mélanger ainsi des « anges » couvrant deux générations.

Que dire de l’insipide Swept Away de Guy Ritchie sorti en salle en 2002 et mettant en vedette la femme de ce dernier, Madonna. Dommage, puisque le film original, œuvre de Lina Wertmüller, était un véritable petit bijou. Les cinéphiles auraient avantage à fouiller dans des magasins spécialisés en location de vidéo classiques pour trouver la version originale.

La liste des remakes et des sujets inspirés des bandes dessinées pourrait s’allonger ad nauseam. Citons parmi les plus connus The In-Laws, une comédie avec Michael Douglas et Albert Brooks inspirée directement d’un film du même nom créé en 1979, The Flingstone, film tiré de la série de dessins animés et Chicago, une pièce de Broadway transformé en film.

À mesure que la matière grise hollywoodienne s’atrophie, l’industrie cinématographique puise sa ration de longs métrages dans les success stories du passé ou dans les séries télévisées qui ont fait époque. Il ne faudra pas s’étonner de revoir Scarlett O’Hara sous d’autres traits que ceux de Vivian Leight, de voir la famille d’Homer Simpson s’incarner dans la peau d’acteurs et d’actrices d’Hollywood, de revoir des classiques de la science fiction ressusciter du passé par des spécialistes des effets spéciaux comme on l’a fait pour Star Wars.

Ce qu’il faudrait ressusciter, ce ne sont pas des œuvres d’un autre âge mais les auteurs géniaux qui les ont conçues. En attendant, résignons-nous à manger du cinéma réchauffé.

Vos commentaires sont les bienvenus