La chronique de Max sur Télé Souvenirs
Télé Souvenirs >  La chronique de Max > Volume 2 - numéro 4
Accueil       Séries       Émissions       Stars       Cinéma       Coin des annonces         Personnages       Mémoire sonore       Liste d'envoi
 volume 2 numéro 4

édition précédente 

DVD       Horaire TV       Choniques de Max       Quoi de neuf?       Partenaires       Shopping       Plan du site       Favoris       Pour nous joindre

Retrait de la license à CHOI-FM, une décision réfléchie

Québec, Québec, Canada - 1er août 2004
Par Max
 

Le 13 juillet dernier, le CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes) décidait de ne pas renouveller la license de radiodiffusion de la station de Québec CHOI-FM. Cette annonce lance un grand débat de fond sur la liberté d'expression au Canada. Devant l’importance de cette décision, et de ses répercussions futures le premier geste à poser est sans aucun doute de lire le détail de la décision de l’organisme fédérale pour en comprendre le raisonnement et les justifications (voir le lien à la fin du texte).

Les cinéastes de par le monde connaissent les règles de conduites et savent quoi ne pas faire s’ils ne veulent pas être censurés par les organismes gouvernemantales d'un pays ou un d'un autre. Même le très controversé réalisateur Quentin Tarantino obéit à ces règles de conduite. Pourquoi ça serait différent pour une station de radio? Est-ce qu'un individu peut, au nom de la liberté d'expression, envoyer paître qui il veut sur des ondes publiques? Peut-il utiliser les mêmes ondes pour tenir des propos désobligeants envers des organismes ou des individus? Jusqu'où va la liberté d'expression? Voilà pourquoi le CRTC, organisme fédérale, existe et rend des décisions judicieuses à cet effet. Sans l'existence d'un tel organisme au Canada, l'anarchie ferait place sur les ondes.

Quelques jours après l'annonce du CRTC, les animateurs de CHOI-FM organisaient un grand sauvetage au nom de la liberté d'expression.  Malheureusemnent, le débat actuel n’a rien à voir avec la liberté d’expression. Il y a ce que l’on dit, et la manière de le dire. Il y a les idées, et les mots choisis pour les exprimer. Dans sa décision, le CRTC envoie d’abord un signal clair que toutes les formes de discours ne sont pas égales, et que certaines sont tout à fait inadmissibles. Les lois et la jurisprudence reconnaissent d’ailleurs que dans le cas des formes de discours inadmissibles, des limites peuvent être imposées à la liberté d’expression.

Le CRTC avait lancé un avertissement il y a deux ans en renouvellant la license que pour 2 ans au lieu de 7. Le propriétaire de CHOI-FM, Genex Communications Inc., a préféré ne rien modifier au contenu de sa programmation suite à cet avertissement. Et bien, voilà ce que ça donne de faire la sourde oreille.

Les exploiteurs de licenses de radiodiffusion jouissent d’énormes privilèges que le commun des mortels n’a pas. Du fait que le CRTC leur offre des ondes publiques, ces détenteurs portent donc une importante responsabilité, et l’on est en droit de s’attendre d’eux qu’ils soient dignes de notre confiance.  Cette confiance est surveillée, au nom de tous les citoyens, par l'organisme fédéral qu'est le CRTC.

Il faut se réjouir de voir le CRTC utiliser ses pouvoirs et indiquer au monde des médias que la préservation du privilège d’exploiter les ondes publiques nécessitent davantage que des énoncés méprisants. Pour une fois qu'un gouvernement rend une décision et qu'il met ses culottes face à cette décision. Bravo, enfin nos taxes servent réellement à quelque chose de concret.

À moins d’un virement inattendu d’un ministre en manque de capital politique, le 1er septembre prochain les ondes du 98,1 se tueront et ça ne sera qu'une leçon à retenir à tous ceux qui veulent utiliser les ondes publiques de la façon dont le fait l’animateur du matin Jeff Fillion. C’est malheureux dans un sens car CHOI-FM diffusait de l’excellente musique. Mais en annonçant le non-renouvellement de la license le 13 juillet dernier, le CRTC a fait preuve d’ouverture en lançant un appel de demandes de licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une nouvelle station FM de langue française à Québec. Comme le Canada est dans une économie de marché, certainement que des investisseurs avertis flaîreront la bonne affaire et déposeront une demande d’exploitation. C’est comme quand le resto du coin ferme pour insalubrité.  S’il était si achalandé, un autre restaurateur ouvrira pour satisfaire la clientèle restée sur sa faim.


Pour consulter le communiqué de presse du CRTC.
http://www.crtc.gc.ca/frn/NEWS/RELEASES/2004/r040713.htm

Vos commentaires sont les bienvenus