La chronique de Max sur Télé Souvenirs
Télé Souvenirs >  La chronique de Max > Volume 3 - numéro 1
Accueil       Séries       Émissions       Stars       Cinéma       Coin des annonces         Personnages       Mémoire sonore       Liste d'envoi
 volume 3 numéro 1

édition précédente 

DVD       Horaire TV       Choniques de Max       Quoi de neuf?       Partenaires       Shopping       Plan du site       Favoris       Pour nous joindre

Le vieil homme et la mort

Port-au-Prince, Haïti - 26 février 2005
Par Max
 

Il était une fois un roi puissant qui régnait en son royaume depuis de nombreuses années. Il avait toujours été vénéré de ses sujets. Sa cour appréciait sa longévité puisqu’elle pouvait continuer à profiter du pouvoir que leur conférait la présence du souverain. Puis, un jour, l’âge rattrapa le roi. Son corps solide avait, depuis quelques années, commencé à se voûter. Son pas assuré de conquérant s’était ralenti. Sa voix forte, habituée à projeter ses idées jusqu’aux confins de ses terres, commençait à trembloter.

Quand il eut atteint respectable l’âge de 84 ans, le roi avait presque fini de se métamorphoser en un frêle vieillard. Parce qu’ils l’aimaient et le respectaient, ses sujets auraient souhaité qu’il coule paisiblement le reste de ses jours à se reposer en contemplant son oeuvre. Il leur était maintenant pénible de voir leur maître adoré chercher son souffle pour prononcer chaque mot. Les phrases qui réussissaient à sortir de sa bouche étaient devenues presque inintelligibles.

Les mandarins du royaume savaient qu’à la mort du souverain, son successeur constituerait une nouvelle cour dont ils ne feraient pas partie. Ils pressaient donc le roi de continuer à régner. Ils le traînaient péniblement jusqu’au balcon pour qu’il salut ses gens. Ils se plaisaient à vanter le courage incroyable de ce roi qui défiait la mort pour son peuple, pour son royaume. Ils s’étaient alliés les meilleurs médecins du royaume pour défier l’immuable destin de leur chef.

Le peuple, petit à petit, commença à oublier le convainquant orateur, l’infatigable pourfendeur des ennemis du royaume qu’avait été leur roi, pour voir en lui un pathétique octogénaire cramponné à son règne. Si leur roi avait tant aimé ce royaume pour lequel il avait consacré une partie de sa vie, pourquoi, au nom de cet amour, ne le confiait-il pas à plus jeune et plus fort? Le pouvoir prouverait-il encore une fois son hypnotique emprise sur l’homme, même quand celui-ci porte le titre pompeux de représentant de Dieu sur la terre.   

Vos commentaires sont les bienvenus